Hasards du calendrier

Deux aspects d’un même problème et une grosse contradiction :

  • Un article sur Jérôme Kerviel :

    “Il y a beaucoup de mépris dans les salles des marchés. C’est très élitiste, tous ont fait Polytechnique ou Centrale. Jérôme venait de l’université de Lyon, même pas Dauphine !”, insiste un ancien collègue, parti fin 2006 écœuré par ces conversations incessantes sur l’argent, les bonus, l’arrogance des traders de la “SocGen”.

  • Dans tous les lycées, les meilleurs élèves seront admis en prépa de droit :

    Le ministre de l’éducation nationale, Xavier Darcos, va adresser début février une circulaire à tous les proviseurs de lycée afin qu’ils présentent 5 % de leurs meilleurs élèves en classes préparatoires. Toute demande formulée par ces élèves sera automatiquement acceptée.

  • Via SLR, discours de Sarkozy aujourd’hui sur la recherche :

    La première grande orientation, c’est de mettre l’Université au centre de notre dispositif de recherche. C’est un changement Madame le Président, considérable. L’Université doit être au cœur de notre système de recherche. Il faut le faire parce que la France n’aura jamais un enseignement supérieur digne de son rang s’il n’est pas adossé à ses meilleurs chercheurs. Il faut le faire parce qu’il ne suffit pas de produire la connaissance, il faut la transmettre et la diffuser et l’Université est le lieu de la transmission et de la diffusion. Il faut le faire parce que les systèmes de recherche les plus performants du monde sont construits sur la force des universités et non pas sur leurs faiblesses.

C’est un fait qu’il y a un mépris des Ingénieurs vis-à-vis des faqueux. C’est un fait qu’il y a ségrégation sociale lors des admissions des prépas, et c’est pour cela que je suis plutôt favorable à la deuxième mesure. Mais comment dans la même journée peut-on affirmer qu’on va redorer le blason de l’université française tout en la “privant” des meilleurs élèves ?

Popularity: 47% [?]

          0 votes pour ce billet

12 commentaires à “Hasards du calendrier”

  1. Enro a dit:

    A propos de Kerviel, du monde des traders et de la Société Générale, j’ai trouvé cet article d’Olivier Godechot excellent. Je cite un extrait :

    Au milieu des années 1980, Antoine Paille a créé le département des options à la Société Générale, une véritable usine à produire, gérer, transformer et revendre (avec profit) le risque financier. Il développe sur une table rase, une banque de marché ingénieur, très élitiste (centré sur le recrutement des diplômés des plus grandes écoles, X, Centrale, souvent passés par la classe préparatoire jésuite Sainte Geneviève). L’idée de Paille est de créer la « première banque du monde » et de renvoyer « les américains dans leur caverne ». D’où le choix de créer une usine financière très intégrée, à Paris même, où l’on crée tout à partir de rien « avec le maximum d’excellence » : les logiciels, les formules de tarification, les méthodes de trading, la démarche commerciale, les processus de comptabilité, le contrôle des risques, etc..

  2. vf a dit:

    oui, on en a déjà parlé ici : Kerviel, c’est (aussi) le symbole de la structure du système français, on est toujours le raté de quelque chose, pour la vie. ça finit par coûter cher.

  3. ICE a dit:

    Tout à fait d’accord avec la “grosse contradiction”, je m’étais fait la même reflexion en entendant l’histoire des 5% d’élèves “automatiquement acceptés”.
    Je n’ai pas l’impression que cette incohérence soit trop relevée par la presse.
    Par ailleurs ce que j’ai entendu du discours de Sarkozy est assez inquiétant…

  4. Duncan a dit:

    Moi je ne comprends pas comment 5% des élèves pourront être acceptés.
    Normalement les CPGE maîtrisent leur recrutement pour maintenir leur réputation.
    Voir les CPGE comme un tout avec “4000 places” de libre est absurde car les CPGE forment une antichambre élitiste fortement hiérachisée : avoir une place à Henri IV ou dans une CPGE d’une petite ville de province n’a pas la même valeur et ne préparent pas dans les faits au même concours.
    D’ailleurs de mon temps on ne postulait pour entrer en CPGE en général mais on faisait une liste de voeux où chaque voeux était une demande pour une classe particulière d’un lycée précis.

    Donc si tout le monde demande une MPSI à Louis Le Grand ils devront être acceptés ?
    Ca me parait peu clair.

  5. Nicolas a dit:

    La proposition ne vise pas à ce que 5% des élèves soient automatiquement acceptés, mais à ce que dans chaque lycée, les meilleurs soient automatiquement présentés en prépa. Sans me prononcer sur le fond, je pense que le but est que les bons élèves ne passent pas à coté de la “voie royale” par méconnaissance ou par timidité sociale (”l’élitisme, c’est pour les bourgeois parisiens, pas pour moi”).

    Cette précision ne lève toutefois pas le paradoxe gouvernemental soulevé par Tom Roud…

  6. Tom Roud a dit:

    @ Enro : article intéressant, c’est marrant, je ne connaissais pas la filière Ginette->X->trading à la SoGé. Encore un truc d’initiés.

    Un truc que je ne comprends pas non plus est qu’on me dit depuis des années que Paris n’est qu’une place financière mineure. Comment ce truc a pu se passer à Paris alors ?

    @ vf : oui, cela doit être assez insupportable de se retrouver à bosser avec des gens qui ont “réussi” ensemble depuis la prépa …

    @ICE: je suis d’accord, mais je ne voulais pas en remettre une couche sur Sarkozy car il n’y a pas grand chose de nouveau (ou de moins pas grand chose qu’on ne pouvait prévoir). Cela vaut pourtant le coup de lire le discours, il y a des contradictions avec le rapport Attali : par exemple, Sarkozy affirme qu’il y a autant de chercheurs relativement à la population que les US, contrairement au rapport. Sinon c’est très clair que les recrutements permanents vont sauter, peut-être que la chute des étudiants en thèse qui s’en suivra leur fera comprendre ce que ça veut vraiment dire “rendre les carrières attractives”. A part ça, je pense que le meilleur diagnostic sur la vision de la recherche de Sarko a été donné par Benjamin en commentaire du billet sur le rapport Attali.

    @ Duncan : Petit calcul de coin de table : si je ne m’abuse, une classe d’âge comporte environ 600 000 personnes. Sur ces 600 000, en gros 60% arrivent au Bac : 360 000 bacheliers par an. Je ne trouve pas les chiffres pour 2007, mais j’ai trouvé sur le Web que le nombre de reçus au Bac général serait plutôt de l’ordre de 250 000~300 000. 5% de 300 000, cela fait 15 000. Or, si j’en crois les chiffres que j’ai trouvés, on a environ 75 000 étudiants en classe préparatoires. En supposant que tout le monde fait deux ans et la moitié 3 ans, cela veut fire qu’il y a 30 000 étudiants par an qui rentrent en prépa, donc au moins deux fois plus que les 5%. Donc je ne crois pas que l’élitisme dans le recrutement en CPGE en souffrira car la plupart de ces 5% faisait déjà une prépa; en revanche cela incitera forcément les gens qui n’en faisaient pas des milieux défavorisés à en faire.

    Après il y a la question du “où”, mais j’avais entendu dire que les prépas ne pouvaient plus faire leur marché où elles voulaient comme à mon époque et qu’il y avait une espèce de carte scolaire. Je pense aussi que des expériences type de ce qui se passe à Sc Po vaudraient le coup .

    SInon, même si la prépa n’est pas “top qualité”, cela peut changer des choses je pense. Ne serait-ce que la vision de la prépa. Avant la Terminale, je n’avais qu’une vague idée de ce qu’était la prépa, et je n’étais pas le seul; je n’ai découvert ce que signifiait l’abbréviation X qu’en fin de MPSI ! Casser l’image de filière “d’initiés”, ce serait déjà beaucoup.

    Et puis, je trouve qu’aujourd’hui, avec Internet, etc … l’accès au savoir est beaucoup plus facile et que cela rééquilibre un petit peu les chances, j’espère que cela va continuer. Je rêve d’avoir disposé d’internet pour mon TIPE ! Le jour où un type mettre sur internet tous les exercices types avec solutions posés en oraux aux concours …

    Petite remarque pour finir : les 5 % des étudiants par an auront 50% de chances d’intégrer Paristech formule Attali …

  7. Duncan a dit:

    @Tom Roud Je ne m’inquiète pas trop pour l’élitisme dans les CPGE ou que leur stats baissent.

    Mon point de vue étaient plutôt de comprendre comment une telle mesure pouvait s’expliquer concrètement dans l’environnement donné.
    Etant d’accord avec vous que le vrai problème de fond serait justement de casser cette fracture Université/CPGE-grande école, notamment en intégrant les CPGE à l’Université et en rapprochant les grandes Ecoles des universités au sein des PRES.

    Si les 5% peuvent pousser de bons élèves potentiels à postuler tant mieux. Moi même j’ai intégré une prépa parisienne parce que j’ai été motivé par certaines personnes de mon entourage qui m’ont poussé alors que je n’en aurais jamais eu l’idée. L’entourage est effectivement déterminant.

    Mais si ils ne peuvent que postuler et qu’en retour les CPGE ne les acceptent pas parce qu’elle préfèrent recruter dans des lycées qu’elles connaissent et qui leur assurent sans prendre de risque de maintenir leur niveau, cette mesure ne sera qu’un effet d’annonce.
    A mon sens, il serait plus efficace, à l’image de sciences po par exemple d’obliger toutes les CPGE à intégrer un certain pourcentage d’élèves issu de ZEP par exemple.

    Quant aux élèves de “bonne prépa” qui rentrent dans les Grandes Ecoles je dois avouer que c’est une vrai question que je me pose.
    Qu’elle part est dû au talent propre révélé par leur acceptation dans telle ou telle prépa et la part dûe à la formation spécifique de la prépa.
    Je dirai à vu de nez et selon mon expérience que de toute façon ce qui prévaut c’est le travail personnel mais que le plus d’une “top prépa” c’est de rajouter un environnement stimulant avec des exos pas faciles et des camarades qui les réussissent sans problèmes, ce qui poussent à travailler plus.

  8. ICE a dit:

    j’avais regardé pour les projets Avenir dont tu parlais ds le billet sur Attali, effectivement c’est 3200€ pdt 5 ans, ca ressemble à ce qui nous attend ? Par contre c’est une vingtaine de contrat, et c’est restreint à l’Inserm pour l’instant on dirait.
    http://www.eva.inserm.fr/AppelsOffres/Textes%20AOs%2007/AO%20Avenir%202007.pdf

  9. blop a dit:

    Sur le discours de sarkozy, je me suis permis une petite note…
    http://web.mac.com/pablo.achard/Labo/Blog/Entries/2008/1/30_Comment_detruire_la_recherche.html

  10. Tom Roud a dit:

    @ Duncan : globalement d’accord avec toi.
    @ ICE : je crois qu’effectivement c’est cela qu’on appelle “rendre des positions attractives”.
    Aux US, une tenure track dans une université lambda gagne dans les 100 000 dollars par an minimum. Une fois payés l’assurance maladie, les impôts, on est à mon avis autour de 4000 euros par mois. Cela fait encore au minimum 25 % de plus (les 3200 sont bruts, et je ne suis même pas sûr qu’on cotise pour quoi que ce soit).
    Donc le seul attrait dans ce cas, c’est la France en tant que pays, avec le côté négatif que le flot d’étudiants est erratique, que les moyens de recherche ne sont pas aussi élevés, sans compter les petites tracasseries classiques (qui n’a jamais payé son ordi de sa poche ni attendu 6 mois pour le remboursement de ses frais de déplacement ?). Je ne vois pas comment on compte attirer autre chose que les Frenchies qui ont le mal du pays (ce qui serait déjà pas mal, mais n’est même pas garanti). Quitte à prendre le risque de se faire jeter au bout du compte, je ne vois pas pourquoi on rentrerait en France, surtout si on trouve aussi du boulot pour son conjoint ailleurs.
    PS : pour revenir à Jérôme Kerviel, 100 000 euros par an et mal payé pour un trader, étudiant à Nantes et Lyon avant de rentrer à la Sogé à Paris, pas la peine de s’interroger non plus sur la crise des vocations. Ce n’est même pas une question de salaires : être trader aujourd’hui, cela me semble beaucoup plus pépère que faire de la recherche.

  11. blop a dit:

    @Tom > c’est pas pour te desesperer un peu plus, mais assistant professeur, ca tourne plutot autour des 70 K$/an dans les universites de recherche (et moins dans les colleges)
    Tu peux te faire une bonne idee ici:
    http://chronicle.com/stats/aaup

  12. Tom Roud a dit:

    OK, mes copains passés récemment prof doivent savoir très bien négocier alors … C’est donc à peu de choses près le même salaire que dans les projets Avenir alors ? (mais bon, la progression est beaucoup plus importante …)

Laisser un commentaire