Lecture : en quête d’éternité

Dans le style polar/SF en phase avec les découvertes scientifiques actuelles, Greg Bear est en train de devenir l’un de mes auteurs favoris …

bear.jpgHal Cousins, mène des recherches sur la longévité et s’intéresse en particulier à l’influence des mitochondries, les usines à énergie de nos cellules, sur le vieillissement. Miracle de l’évolution, les mitochondries sont en réalité d’anciennes bactéries, vivant en symbiose avec nous. Mais peut-on vraiment dépasser l’évolution et se couper de ces indispensables bactéries ? Hal Cousins a ouvert sans le savoir une boîte de Pandore, et risque de perdre à tout moment son bien le plus précieux, son humanité.

Le roman est très habilement mené et on a beaucoup de mal à le lâcher. “En quête d’éternité” commence relativement classiquement, avant de sombrer dans une délicieuse ambiance paranoiaque, qui n’est pas sans rappeler l’échiquier du mal de Simmons. J’ai aussi beaucoup aimé le côté “scientifique” de l’histoire, centré sur le rôle central des bactéries dans notre biologie, leur influence potentielle sur nos vies et nos comportements. Le côté polar est tout aussi flippant, couvrant 70 ans depuis Staline jusqu’aujourd’hui. Enfin, le roman soulève beaucoup de questions liées à notre statut d’animal pensant : quel est l’influence du biologique sur notre humanité et libre-arbitre ?

Popularity: 39% [?]

          0 votes pour ce billet

Laisser un commentaire