En direct du labo

Petits trucs en vrac

De l’avantage de la biologie sur la physique

Un chercheur d’ici m’a raconté qu’il y a quelques années, Science et Vie avait publié une caricature amusante sur la physique. Cela commençait au Néolithique : l’homme s’interrogeait sur l’univers, et reconnaissait qu’il ne savait rien. Puis au XVIIIième siècle, on a commencé à comprendre les lois de la physique : la théorie était simple et était représentée sous la forme d’un carré par le dessinateur. A la fin du XIXième siècle, on a dessiné un triangle à l’intérieur du carré, au milieu du XXième siècle, des ronds, des spirales, des diagrammes compliqués à l’intérieur du triangle. La caricature s’achevait sur un homme du 4ième millénaire devant un diagramme affreusement compliqué, qui reconnaissait qu’on ne comprenait en fait pas grand chose en proportion de ce qu’il reste à découvrir aux échelles inférieures. “Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien”; c’est de plus en plus mon sentiment face à la science …

L’avantage de la biologie est qu’au moins les échelles sont limitées strictement, et qu’on a donc potentiellement accès à tous les objets importants à court terme. La biologie est donc peut-être plus abordable que la physique, même si elle est moins avancée.

Du mandarinat

Ce texte paru sur le site de SLR est édifiant. Il s’agit d’un compte-rendu de rassemblement ANR pour des chercheurs en sciences humaines. Extrait de consignes :

nous attendons que votre intervention éclaire l’assemblée sur :
(…)

- le positionnement recherché pour la France : leader ou suiveur, en justifiant votre choix ; et l’apport de votre projet pour atteindre cet objectif ;
(…)
- les potentialités de retombées économiques et sociales du travail de votre équipe.

Je ne pensais pas qu’on en était là, je n’ai jamais entendu parler de trucs pareils, même ici aux Etats-Unis. Cette manie du contrôle et de l’évaluation est totalement délirante; les objectifs sont eux aussi surréalistes : est-ce cela qu’on appelle une dérive manageriale ? Apparemment s’y ajoute également une tendance très française de mépris pour les plus jeunes (les jeunes chercheurs ayant quand même la quarantaine). Je ne sais pas si on en est là en sciences dures, mais cela ne donne pas du tout envie de rentrer …

Il faut lire ce billet d’Alexandre Delaigue qui dit des choses très justes sur la France, tout à fait valables pour son système de recherche :

Au coeur de l’identité française, on trouve de nombreuses contradictions. Un Etat corporatiste pesant, joint à une méfiance généralisée vis à vis du pouvoir; des spécificités innombrables, grandes et petites, jointes à l’idée selon laquelle la France a une vocation universelle; un goût prononcé pour l’égalité, joint à la multiplication des privilèges; une large ouverture au monde extérieur et à la nouveauté, joint à une grande méfiance de tout ce qui vient de l’étranger et un fort conservatisme. Et par dessus tout, la peur du déclin, de cesser d’être “exceptionnel” sous l’effet homogénéisateur du monde extérieur, de cesser d’être prospère lorsque les autres le deviendront, l’idée que l’avenir sera immanquablement négatif : soit il faudra “changer” pour se sauver, et au passage devenir comme les autres et perdre son identité; ou alors, conserver son identité et être voué au déclin. (…)Les français souffrent de l’impression que leurs spécificités sont des handicaps. Il n’y a pas de raison, pourtant, de le penser.



Enervé de service

Je découvre ces dernières semaines son blog, les anecdotes sur le recrutement vu de l’intérieur sont assez extraordinaires. Cela dit, j’ai parfois l’impression que la limite entre les magouilles et le jeu politique normal est en fait assez floue. Le plus scandaleux est peut-être le manque de transparence, ainsi que le fait que les “critères” de recrutement sont plus ou moins fluctuants.
Je suis quand même étonné qu’il n’ait pas peur d’être reconnu.

Forum des blogueurs scientifiques

Dans quelques jours maintenant aura lieu le forum des blogueurs scientifiques. Enro vous donne rendez-vous sur son blog ; j’aurais bien volontiers traversé l’Atlantique pour venir, mais cela n’aurait pas été raisonnable ! Et puis, n’aurait-ce pas été un peu dangereux pour mon anonymat chéri :P ?

Pause

Je ne sais pas si cela se sent dans mes billets, mais je suis assez fatigué et débordé en ce moment. Pas de billets donc jusqu’à nouvel ordre, et probable ralentissement de publication à moyen terme. Du reste, je ne crois pas être le seul… Et non, il n’y a pas de rapports directs avec l’Euro de foot !

Popularity: 29% [?]

0 votes pour ce billet

6 commentaires à “En direct du labo”

  1. blop a dit:

    “Du reste, je ne crois pas être le seul…” > c’est petit ca !!
    :-D

  2. JF a dit:

    “Je ne pensais pas qu’on en était là, je n’ai jamais entendu parler de trucs pareils, même ici aux Etats-Unis.” (à propos des projets ANR)

    Chaque pays a son propre truc et ses petites manies, quand il s’agit d’écrire des projets (bon, les US peut être moins, ils ont mieux compris qu’on ne fait pas de la recherche en regardant en permanence par dessus l’épaule des gens qui la font…). Les Français veulent de l’excellence internationale. Ici je dois expliquer dans chacun de mes projets en quoi ça contribue à “Equity and redress of past inegalities”. Mes collègues au Royaume-Uni doivent prétendre que ça se rattache à “climate changes” et “carbon cycle”. Etc…

  3. JF a dit:

    “les anecdotes sur le recrutement vu de l’intérieur sont assez extraordinaires. Cela dit, j’ai parfois l’impression que la limite entre les magouilles et le jeu politique normal est en fait assez floue. ” (…)

    C’est le point de vue que j’ai toujours défendu : la plus grande partie des “magouilles” ne sont pas de la malhonneteté des gens (la plupart des membres de com sont des gens tout à fait bien, même si il suffit d’une minorité pour pourrir tout un pan du système), mais une réaction à un système adminsitratif ingérable. En gros, les procédure de recrutement sont telles qu’il n’est tout simplement pas possible pour un recruteur de faire un travail sérieux (12 mn d’audition…), et il faut donc trouver d’autres façons de faire un choix — ces autres façons, ce sont les “magouilles”, en gros recruter des gens qu’on a connu par d’autres canaux, ou les recruter sur des critères autres que ce qu’on voit de l’audition.

    Evidemment, c’est particulièrement frustrant et agaçant pour les candidats, parce que du coup on n’a jamais connaissance de toutes les infos, et on ne sait jamais dans quel mode on se situe : est-ce que vraiment l’audition du jour a une quelconque importance, ou est-ce juste une formalité pour entériner un choix déjà fait?

    “Je suis quand même étonné qu’il n’ait pas peur d’être reconnu.”

    Je ne partage pas ton opinion sur l’anonymat (même si je la respecte…). Il y a quelques temps tu avais écrit un billet où tu citais des co-blogueurs tenant à leur anonymat, et expliquant pourquoi; sur le même site, il y avait un autre chroniqueur qui expliquait pourquoi il ne voulait pas l’être. Je partages assez le point de vue du second.

    En gros, il y a trois catégories d’arguments pour rester identifié:
    1) ne pas avoir peur des conséquences éventuelles (parce qu’on ne veut pas faire carrière dans l’université par exemple !);
    2) se dire que si les gens sont assez bêtes pour prendre ombrage de ce qu’on dit, on n’a pas tellement envie de travailler avec eux en fin de compte;
    3) s’astreindre à ne rien écrire (sous couvert de l’anonymat) qu’on ne serait près à dire en face aux personnes concernées (ou en d’autres termes,”si je ne suis pas prêt à dire diectement et les yeux dans les yeux ce que je suis en train d’écrire, si je ne suis pas prêt à l’assumer, alors ça n’est probablement pas très intéressant…”).

    (mon actuel patron écrivait, à propos des reviews: “il y a trois raisons pour vouloir rester anonyme quand on reviewe un article : (1) on est un ami proche de l’auteur — dans ce cas, la review sera probablement biaisée et peu utile. (2) on est un ennemi intime de l’auteur — ans ce cas, la review sera probablement biaisée et peu utile. (3) on est “a gutless coward who can not stand for his opinions, in which case the review is probably going to be worthless anyway”. Provocation mise à part, j’aime bien…)

    JF

  4. Tom Roud a dit:

    @ blop : je constate, je constate, l’été approche, les confs aussi, c’est bien normal ;)

    @ JF :

    “Evidemment, c’est particulièrement frustrant et agaçant pour les candidats, parce que du coup on n’a jamais connaissance de toutes les infos, et on ne sait jamais dans quel mode on se situe : est-ce que vraiment l’audition du jour a une quelconque importance, ou est-ce juste une formalité pour entériner un choix déjà fait? ”

    oui, effectivement, c’est surtout frustrant pour les candidats si les critères ne sont pas très clairs. Mais ça l’est d’autant plus si tu as traversé la moitié de la planète à tes frais pour passer une audition symbolique. Certes, il y a le jeu politique normal, mais il faut quand même respecter les candidats un tantinet.

    Pour l’anonymat, en ce qui me concerne, tant que je n’ai pas de postes, j’applique un bête principe de précaution par crainte de réactions spontanées du genre “les blogs, beurk …”. Maintenant, je n’ai en rien honte de ce que j’ai écrit, je ne crois pas écrire quoi que ce soit de scandaleux, j’essaie de faire de la vulgarisation et de susciter des débats autour de la science (chose rare dans le milieu) donc je ne rougirai pas de mon blog le cas échéant.

    La citation de ton patron est amusante : je ne sais pas dans ton domaine, mais dans le mien on arrive à deviner qui sont les referees …

  5. JF a dit:

    “oui, effectivement, c’est surtout frustrant pour les candidats si les critères ne sont pas très clairs. Mais ça l’est d’autant plus si tu as traversé la moitié de la planète à tes frais pour passer une audition symbolique. ”

    A qui le dis tu… Je dois être le champion de France du nombre de classement “deuxiéme” (”Vous avez un très bon dossier Monsieur, mais…”)

    “Pour l’anonymat, en ce qui me concerne, tant que je n’ai pas de postes, j’applique un bête principe de précaution par crainte de réactions spontanées du genre “les blogs, beurk …”. Maintenant, je n’ai en rien honte de ce que j’ai écrit, je ne crois pas écrire quoi que ce soit de scandaleux, j’essaie de faire de la vulgarisation et de susciter des débats autour de la science (chose rare dans le milieu) donc je ne rougirai pas de mon blog le cas échéant.”

    Oui… Je ne suis pas convaincu que ce soit vraiment un problème pour un blog comme le tien. Tu ne dis du mal de personne, tu ne critiques même pas le fonctionnement du système, tu n’emets pas d’avis sur des choses non-scientifiques (ou très peu)… Je ne vois pas très bien en quoi ça pourrait attirer des réactions négatives. Ou si ça en attire, ce ne serait qu’un pretexte pour justifier une décision prise sur d’autres critères et pour d’autres raisons (en gros : on voulait recruter qqn d’autre, alors “qui veut noyer son chien….” et on trouvera toujours une bonne raison pour plomber les autres : ils ont parlé trop vite, ils n’ont pas dit assez de choses, leur coupe de cheveux n’était pas acceptable, ils ont un blog, ils n’ont pas fait assez de cours, ils s’impliquent trop dans l’enseignement…)

    “La citation de ton patron est amusante : je ne sais pas dans ton domaine, mais dans le mien on arrive à deviner qui sont les referees …”

    Grosso-modo, oui, on y arrive. De toutes façons à 80% les gens ne sont pas anonymes et signent leurs reviews (et on tourne sur le même pool de 15 personnes à chaque fois, d’ailleurs, ce qui est un peu étouffant parfois)

  6. aA a dit:

    En ce qui concerne l’audition en vue d’un recrutement, mon expérience personnelle en tant que membre de jury (il y a quelques années) au Comité National de la Recherche Scientifique m’amène à la considérer comme essentielle. Le plus souvent elle confirme mais parfois infirme l’avis du ou des rapporteurs du dossier. C’est plutôt le faible nombre de postes ouverts au concours qui rend l’exercice si difficile. Par ailleurs si les frais de déplacement pouvait être pris en charge par le labo, l’université, une fondation ou une association ce serait un vrai PLUS.

Laisser un commentaire